514
Nouvelle édition
512
TOB Traduction œcuménique de la Bible
46
Baty Claude
47
Cernokrak Nicolas
48
Deniau Francis
La nouvelle édition de la TOB (2010)
Gros plan sur
 
Commencer
 
À la fin de l'année 2010, paraît une nouvelle édition de la TOB...
 

À la fin de l’année 2010, paraît une nouvelle édition de la TOB (Traduction œcuménique de la Bible) sous les deux formes désormais connues : l’une avec notes intégrales et l’autre avec notes essentielles, la traduction étant rigoureusement la même dans les deux cas.

Depuis la première parution de la TOB (1975), l’AORB (Association œcuménique pour la recherche biblique) veille sur sa diffusion et ses mises à jour.

En lien avec les éditeurs – la Société biblique française et les Éditions du Cerf –,  nous avons donc préparé cette nouvelle édition pendant six ans. Elle se distingue de la précédente révision générale (1988) tant par sa présentation que par son contenu.

La première nouveauté tient à l’« aggiornamento » informatique et à la nouvelle maquette. Parmi les souhaits mis en œuvre : que le volume soit plus maniable, donc moins épais, que les intertitres soient plus discrets, que l’on sache à quel mot se rapporte chaque référence marginale, que les notes soient plus lisibles. Le logo TOB a été actualisé et les cartes entièrement redessinées. Les éditeurs ont fait de gros efforts pour de meilleures conditions de lecture.

La nouveauté principale tient cependant à la mise en œuvre de deux grandes décisions.

Une traduction et une annotation révisées

La première révision générale de la TOB a eu lieu en 1988. Or, depuis vingt-deux ans, les sciences bibliques n’ont cessé de progresser, tant en archéologie et en histoire qu’en critique littéraire. Il fallait donc reprendre les introductions et les notes. C’est ainsi qu’en 2004, les livres du Pentateuque ont déjà fait l’objet d’une mise à jour. De 2004 à maintenant, des équipes œcuméniques ont revu l’ensemble de la traduction et de l’annotation, en tenant compte des remarques attentives de lecteurs.

5Il y a eu des retouches ponctuelles (vocabulaire, orthographe, style) et des retouches systématiques dont les plus importantes portent sur les noms divins d’une part (1) et sur la traduction du grec Ioudaoi par Juifs dans l’évangile de Jean. Sur ce dernier point, une remarque de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France a attiré notre attention sur les dangers d’une traduction unilatérale alors que le mot n’a pas la même signification suivant les contextes (2).

Une participation accrue des orthodoxes
Lors des précédentes éditions, la participation orthodoxe n’avait pu être que limitée. Dans la réalisation de cette nouvelle édition, elle a été beaucoup plus importante, d’une part dans l’annotation de certains passages, et de l’autre dans l’adjonction des livres deutérocanoniques en usage dans la liturgie des Églises orthodoxes : 3 et 4 Esdras, 3 et 4 Maccabées, la Prière de Manassé, le Psaume 151. Précédés d’une longue présentation qui est également une introduction aux problèmes du canon de l’A.T. et à la traduction de la Septante, ils ont été placés après les deutérocanoniques catholiques traditionnels. C’est notre perception de l’Ancien et du Nouveau Testament qui est enrichie (3).

La décision d’adjoindre six nouveaux livres a été prise par l’Assemblée générale de l’AORB en avril 2008, de concert avec les éditeurs, sur proposition de l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge (Paris) et avec le soutien officiel de l’Alliance biblique universelle. On a là vraiment une « première » qui marquera l’œcuménisme, aucune bible en français ne proposant ces livres jusqu’à ce jour.

Cette initiative a été approuvée par le Conseil de la Fédération protestante de France, par la Commission doctrinale de l’Assemblée des Evêques de France et par l’assemblée des Evêques orthodoxes de France.

L’ensemble des innovations a été réalisé en conformité avec les Directives concernant la coopération interconfessionnelle dans la traduction de la Bible qui ont été signées en 1987 à Rome entre le Secrétariat pour l’Unité des chrétiens et l’Alliance biblique universelle.
Le corpus des livres deutérocanoniques, situé entre l’Ancien et le Nouveau Testament, est composé maintenant de deux parties : 1) les livres deutérocanoniques communs aux Eglises catholique et orthodoxes ; 2) les livres deutérocanoniques admis par les Eglises orthodoxes seules.

Bien entendu, l’Introduction générale aux livres deutérocanoniques ainsi que les introductions particulières à chaque livre donnent les précisions nécessaires sur la valeur que chaque Église chrétienne leur reconnaît dans sa foi, sa prière et sa liturgie.

Nous avons pensé que ces informations étaient aujourd’hui indispensables aux lecteurs de la Bible qui pourront ainsi mieux comprendre comment sont nées les Écritures juives et comment s’est constitué ce recueil que les chrétiens appellent « Ancien » Testament.

Nous espérons que cette nouvelle édition de la TOB permettra une compréhension et une méditation renouvelées de la Parole de Dieu.

Que l’Esprit de Pentecôte nous envahisse et « rende nos cœurs brûlants » de la Parole de Dieu !


© Les co-présidents de l'AORB : Pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France, P. Nicolas Cernokrak, doyen de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, Mgr Francis Deniau, évêque de Nevers, co-présidents de l'ACFEB (4). SBEV, Bulletin Information Biblique n° 75 (Décembre 2010), p. 1.

 ----------------

(1) Dieu tout-puissant ?
 « La quasi-totalité des noms divins comportait en effet les qualificatifs puissant ou tout-puissant. Or ces qualificatifs sont en réalité étrangers aux noms divins respectifs pour lesquels il faut trouver un équivalent français. Ainsi la séquence très fréquente Adonaï (Elohim) Çebâoth, littéralement le Seigneur (Dieu) des armées, qui était rendue par le Seigneur (Dieu) le tout-puissant a été revue en le Seigneur (Dieu) de l’univers. »
Extrait de la Préface générale à la nouvelle édition TOB 2010

(2) Les Juifs dans l’évangile de Jean
 
« En français, le terme juif est susceptible de deux acceptions seulement selon les cas : (1) adepte de la religion juive, (2) descendant de Jacob-Israël. Or le grec de l’évangile johannique présente, outre celles du français, deux autres acceptions : il peut désigner aussi, selon les cas, soit (3) les habitants de la Judée ou judéens, soit (4) les autorités du judaïsme d’alors, en l’occurrence les membres du sacerdoce de Jérusalem. Les acceptions (3) et (4) ne pouvaient donc pas être rendues de la même manière que les acceptions (1) et (2). Une équipe œcuménique a cherché à identifier l’acception convenable dans les 68 cas qui font ainsi problème dans l’évangile johannique, proposant chaque fois l’équivalent français que le contexte rendait satisfaisant. »
Extrait de la Préface générale à la nouvelle édition TOB 2010

(3) Une lecture élargie de la Bible
 
« Que l’on considère ces livres comme deutérocanoniques ou apocryphes, ils s’avèrent une source essentielle pour mieux connaître la situation du judaïsme et ses caractéristiques en Palestine et en diaspora entre le IIe s. av. J.C. et le IIe s. après.Ils aident à la compréhension du reste de l’Écriture, A.T. comme N.T., en particulier pour la connaissance du milieu dans lequel ont vécu et enseigné Jésus Christ et ses disciples. […]
Enfin, ils nous rappellent judicieusement que les Églises ont reçu les Écritures juives, en tant qu’ « Ancien » Testament, sous leur forme grecque, la Septante. Pendant des siècles, la Septante a nourri et soutenu la prière, la méditation et le culte des chrétiens, et c’est encore le cas aujourd’hui dans les Églises d’Orient. »

Extrait de l’Introduction aux livres deutérocanoniques

(4) L’Association œcuménique pour la recherche biblique (AORB) est née en 1966, dans la suite du projet de la Traduction œcuménique de la Bible (TOB). Elle est composée de représentants d’institutions catholiques, protestantes et orthodoxes ou de personnes engagées dans l’œcuménisme. Ses objectifs sont de soutenir la TOB, aider la recherche biblique, diffuser la TOB dans le tiers-monde francophone.

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org