858
Document de Damas
401
Qumrân
855
Rouleaux de la Mer Morte
144
Duhaime Jean
Règle pour les cités et les camps : Document de Damas
Gros plan sur
 
Approfondir
 
En 1896, dans la genizah de l'ancienne synagogue Ben Ezra en banlieue du Caire...
 

En 1896, dans la genizah de l’ancienne synagogue Ben Ezra en banlieue du Caire, on découvrit deux copies d’un texte évoquant un groupe de « convertis d’Israël » entrés dans une « nouvelle alliance au pays de Damas » (CD VI 5.19). Ces manuscrits d’époque médiévale reproduisaient un texte composé vraisemblablement à l’époque du second temple par des prêtres de la famille de Sadoq (CD III 21 – IV 5). Ils furent donc publiés sous le titre Fragments d’un écrit saddocite. Mais l’appellation qui s’imposa rapidement fut plutôt Cairo Damascus (Document), d’où le sigle « CD » utilisé de nos jours pour le désigner ; en français, ce texte est connu sous l’appellation Document de Damas, ou Écrit de Damas.

Le premier manuscrit (Ms A) comporte seize colonnes, numérotées I– XVI ; le second (Ms B) qui le recoupe en partie n’en compte que deux, numérotées XIX et XX. Le texte se divise en deux parties : après une longue exhortation dans laquelle on propose aux convertis de méditer les leçons de l’histoire d’Israël (I-VIII ; XIX–XX), on énonce les règles qui gouvernent l’organisation de la communauté et la vie de ses membres (IX–XVI).

L’hypothèse d’une origine ancienne du Document de Damas a été confirmée par la découverte de dix exemplaires fragmentaires de ce texte dans les grottes 4, 5 et 6 de Qoumrân (4Q266-273 = 4QDa-h ; 5Q12 ; 6Q15).

Le plus ancien a été copié vers les années 100 à 50 av. J.-C. et les plus récents au début du Ier s. apr. J.-C. Quelques indices internes confirment que le texte aurait été composé vers les années 150 à 100 av. J.-C. Environ la moitié du texte des manuscrits de Qoumrân recoupe celui des copies du Caire, moyennant quelques variantes. Ces recoupements ont permis de rétablir l’ordre initial du Ms A du Caire en démontrant que les colonnes numérotées XV–XVI devaient précéder les colonnes IX–XIV. Les sections inédites du texte restituent l’introduction et la conclusion du document et de larges sections de sa partie légale ; elles confirment que ce document est avant tout une règle, précédée d’une exhortation. Les extraits qui suivent proviennent de manuscrits de la grotte 4 de Qoumrân (4Q266, 269-270). Plusieurs lacunes sont complétées grâce aux recoupements de ces manuscrits entre eux et avec ceux de la genizah du Caire.

Tel que reconstruit par l’éditeur, le début du Document de Damas en identifiait vraisemblablement la nature, l’auteur et les destinataires (‎4Q‎266 frag. ‎1-2). Le texte se présente comme un ensemble détaillé de règles pour instruire les « fils de lumière » pour les aider à marcher dans le droit chemin. Ils se démarqueront ainsi des impies, voués à la destruction selon un plan de Dieu caché à la plupart des hommes, mais révélé par l’intermédiaire du guide de la communauté.

25a  4Q266 frag. 1ab 1-7

(1) [Explication des règles par l’Instructeur pour les] fils de lumière, pour qu’ils se tiennent à l’écart des voies [de l’impiété] (2) […] jusqu’à ce qu’on soit parvenu à la période prévue pour la punition [de l’esprit de perversité] (3) […] Dieu [détruira] toutes ses œuvres et provoquera la ruine (4) des égarés [d’esprit…,] ceux qui déplacent les bornes, et il causera la destruction [de ceux qui agissent avec] (5) impiété.

[Et maintenant, écoutez]-moi : je vous apprendrai les redoutables projets [de Dieu], (6) et je vous relaterai ses [prouesses] merveilleuses, [qui sont cachées] (7) à l’être humain durant [le nombre (limité)] des jours de sa vie, tout […].

L’exhortation de la première partie développe en plusieurs tableaux les leçons de l’histoire, divisée en périodes (4Q266 frag. 2-4 // CD I–VIII ; XIX–XX). Un premier exposé situe les origines de la communauté quelques siècles après l’exil babylonien. En colère contre son peuple infidèle, Dieu l’avait livré à Nabuchodonosor, tout en préservant un « reste ». Environ 390 ans plus tard, il en fit surgir « la racine d’une plante destinée à hériter de sa terre ». Ce petit groupe de fidèles a cherché sa voie à tâtons jusqu’à la venue d’un maître juste, une vingtaine d’années plus tard (4Q266 frag. 2 i 9-16 // CD I 4-11). Sous la conduite de ce guide, il est appelé à réaliser le renouvellement de l’alliance annoncé par Jérémie (31,31-34). Cela résulte d’un choix de Dieu qui a prédestiné les justes au salut et les impies à la perte, comme l’explique une seconde instruction attestée à Qoumrân et complétée à l’aide du Ms A du Caire.

25b  Q266 frag. 2 ii 2b-13

(2b) Et maintenant, écoutez-[moi, vous tous qui entrez dans l’alliance : je révélerai à vos oreilles les voies des impies] (3) et [je vous tiendrai à l’écart] de tous les sentiers des pécheurs. [Dieu aime la connaissance. Sagesse et conseil,] (4) il (les) a placés devant lui ; habileté [et connaissance le servent. Auprès de lui (se trouve) l’abondance du pardon, pour absoudre] (5) tous ceux qui se convertissent [de leurs rébellions. Mais (il déploie) force, puissance et grande furie, avec des flammes de feu, par tous les anges de destruction,] (6) ne laissant ni reste [ni survivant parmi ceux qui s’écartent de la voie et qui méprisent le décret. Car Dieu ne les a pas choisis,] (7) dès les temps antiques. [Avant qu’ils ne soient formés, il a connu leurs œuvres et il a méprisé leurs générations.] (8) Il a caché [sa face du pays jusqu’à ce qu’ils soient complètement éliminés. Il a connu les années (de leur existence),] (9) le nombre [et les détails de leurs périodes, pour tous les êtres qui ont existé depuis toujours et qui existeront,] (10) jusqu’à ce [qu’ils soient arrivés en leurs périodes pour toutes les années, à jamais. Mais durant toutes ces (périodes), il a suscité pour lui] (11) des (gens qu’il a) appelés, [afin de conserver un reste pour le pays et pour remplir la surface de l’univers] (12) avec [leur] descendance. [Il leur fit] connaître, [par l’intermédiaire des oints de son esprit saint et des voyants de vérité,] (13) les détails de [leurs] noms. [Mais ceux] qu’il [a haïs, il (les) a égarés.

Une troisième admonition passe en revue quelques épisodes illustrant les égarements des anges et des hommes, depuis les temps anciens jusqu’à l’époque actuelle. Celle-ci est dominée par l’ange du mal, Bélial, qui a attrapé Israël aux pièges de la luxure, de la richesse et de la profanation du sanctuaire. Seule la communauté de l’alliance nouvelle, hormis les apostats, échappera au châtiment à venir.

Les lois et règles constituent le cœur du Document de Damas (4Q266 frag. 5-11 // CD XV–XVI ; IX–XIV). L’introduction de cette partie est probablement préservée dans un passage très fragmentaire évoquant les décrets que Dieu a révélés à l’Instructeur pour mener les cœurs droits d’Israël dans le juste chemin.

25c  4Q 266 frag. 5ab i 17-19 ; frag. 5cd i 2-3

(17b) Et voici les décrets pour l’Instructeur (18) [pour conduire] en eux tout Israël, car [Dieu] ne sauvera aucun [pécheur.] (19) [Mais quiconque s’attache] à sa voie en marchant parfaitement […]. (2) […] Car tous les cœurs droits en Israël (3) […et ceux qui] déclarent juste son décret […].

Certaines règles sont appuyées sur une argumentation scripturaire, mais la plupart sont simplement énoncées comme des obligations ou des interdits, sans justification complémentaire. Elles sont regroupées sous diverses rubriques qui en identifient le sujet, comme le feront plus tard les grands traités rabbiniques. Un premier ensemble porte sur des prescriptions de la Torah, dont on propose une interprétation rigoriste et qui s’appliquent à l’ensemble des convertis dispersés dans les « cités d’Israël ». On y trouve des règles sur les qualifications des prêtres et sur l’examen des maladies de peau, des précisions sur diverses formes d’impuretés, sur les lois ayant trait aux récoltes et aux dîmes, au commerce, au mariage, aux affaires juridiques, à l’observance du sabbat, etc.

Un second groupe contient les règles visant plus spécifiquement l’organisation et le fonctionnement de la communauté, dont les membres vivent dans des « camps » d’au moins dix hommes, comptant aussi des femmes et des enfants. On y précise le rôle des dirigeants, le déroulement des assemblées, la gestion des biens et les pénalités encourues en cas d’infraction. Dans la cinquième copie du Document de Damas de la grotte 4, on trouve par exemple cet extrait qui sanctionne ceux qui ne respectent pas l’autorité de l’assemblée (« les Nombreux »), n’appliquent pas les règles de comportement sexuel dans le couple ou manquent de respect envers les dirigeants.

25d 
4Q270 frag. 7 i 11-15a

(11) [Quiconque] rejette la décision des Nombreux devra partir et [il ne reviendra plus. Quiconque prend] (12) sa nourriture à l’encontre de la règle devra la rendre à celui auquel il l’a pris.

Quiconque approche (13) sa femme pour se pervertir avec elle dans une relation contraire à la règle devra partir et il ne reviendra plus.

[Quiconque murmure] contre les pères (14) [sera renvoyé] de la congrégation et il ne reviendra pas ; [si] c’est contre les mères, il sera puni pendant dix jours, puisque les mères n’ont pas un rôle d’autorité (?) dans (15) [la congrégation…]

La suite de ce texte recoupe le premier exemplaire (4Q266 frag. 11) qui enchaîne en précisant le rituel d’expulsion des membres fautifs. Au cours d’une assemblée des Nombreux, le président rappelle la vision de Dieu, du monde et d’Israël qui justifie ce geste. L’expulsion est sanctionnée par l’ensemble de la communauté, lors d’une cérémonie qui se déroule au « troisième mois » soit aux environs de la Pentecôte, peut-être avant un rituel de renouvellement de l’alliance.

25e  4Q266 frag. 11 5b-18a

(5b) Celui qui rejette (6) ces règles, (conformes) à tous les décrets qu’on trouve dans la Loi de Moïse, ne sera plus compté (7) parmi tous ses fils de vérité, car son âme a détesté les justes corrections. Puisqu’il est en révolte contre (8) les Nombreux, qu’il soit renvoyé. Le prêtre désigné pour (présider) les Nombreux parlera à son sujet ; il prendra la parole (9) et dira : Béni sois-tu, Dieu tout-puissant ! Tout est dans ta main et c’est toi qui fais tout ! Tu as établi (10) les peuples, selon leurs clans et leurs langues nationales, mais tu les as égarés dans un désert (11) sans chemin. Et tu as choisi nos pères. Tu as donné à leur descendance tes décrets de vérité (12) et tes règles de sainteté : l’homme qui les met en pratique vivra. Tu as posé des bornes (13) pour nous : tu maudis quiconque les transgresse. Et nous, nous sommes le peuple de ta rédemption et le troupeau de ton pâturage. (14) Toi, tu as maudit leurs transgresseurs ; mais nous, tu nous as préservés. (Alors) celui qui est renvoyé partira. Quiconque (15) mange de ce qui lui appartient s’enquiert de son bien-être, ou est d’accord avec lui, (16) ses actions seront écrites devant l’Inspecteur, comme (un texte) gravé. (Ainsi) sera accompli son jugement. Tous (17) [les résidants] des camps se rassembleront, au troisième mois, et ils maudiront ceux qui se sont écartés, à droite (18) [ou à gauche, de la] Loi.

Le document se termine par une conclusion qui en résume le contenu et le but. On y précise que ses règles correspondent à l’interprétation reçue dans la communauté, ce qui suggère une mise à jour occasionnelle de cette réglementation.

25f  4Q266 frag. 11 18b-21

(18b) Ceci est l’explication des règles à mettre en pratique durant toute la période (19) [de visite dont ils seront] visités, durant toutes les périodes de colère, et (aux étapes) de leurs déplacements, pour tout (20) [résidant de leurs camps et tout résidant de leurs villes. Le] tout [est] conforme à la Loi, selon l’interprétation (21) [la plus récente].


© Jean Duhaime et Thierry Legrand, SBEV / Éd. du Cerf, Supplément au Cahier Évangile n° 152 (juin 2010), "Les rouleaux de la mer Morte", p. 84-88.

 

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org