857
Pècher d'Habaquq
401
Qumrân
855
Rouleaux de la Mer Morte
144
Duhaime Jean
Une prédiction pour « la suite des jours » : le "Pècher d'Habaquq"
Gros plan sur
 
Approfondir
 
Le pècher d'Habaquq (1QpHab) est l'un des premiers documents découverts dans la première grotte de Qoumrân par les bédouins...
 

Le "pècher d’Habaquq" (1QpHab) est l’un des premiers documents découverts dans la première grotte de Qoumrân par les bédouins. L’écriture de type hérodien permet de le dater de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. Il contient treize colonnes de texte, de dix-sept lignes chacune, sauf la dernière qui n’en compte que quatre. Le manuscrit est généralement bien préservé, mais le début des lignes de la colonne 1 et le bas des colonnes sont abîmés. Ce pècher continu porte sur les deux premiers chapitres d’Habaquq. Le scribe cite d’abord un extrait du texte biblique (de quelques mots à deux versets), puis il en donne une explication, introduite par la formule appropriée (« ceci s’interprète au sujet de… »). Parfois, après avoir inséré un passage d’Habaquq, le commentateur en découpe l’interprétation en quelques segments, faisant précéder chacun d’une brève introduction et d’une répétition de l’élément expliqué.

L’interprétation consiste surtout à découvrir dans le texte du prophète une préfiguration de l’histoire de la communauté et des événements qui surviendront « dans la suite des jours ». La communauté y apparaît comme un regroupement de fidèles conduits par un « Maître de justice » auquel Dieu a révélé le sens véritable des Écritures. Le Maître a rencontré l’opposition d’un « Homme de mensonge » et des traîtres qui l’ont suivi ; il est reproché à la « Maison d’Absalom » de ne pas l’avoir aidé dans ce conflit. Mais l’adversaire le plus redoutable est le Prêtre impie, vraisemblablement un grand-prêtre qui, selon le commentateur, s’est écarté de Dieu, s’est accaparé la richesse du peuple et a cherché à faire périr le Maître de justice. Les événements de la « suite des jours » sont surtout marqués par la perspective de l’arrivée de la puissante armée des « Kittim » qui va dévaster le pays et dépouiller les prêtres indignes, et par celle du jugement de Dieu qui va châtier les impies de son peuple et les idolâtres des nations, tandis qu’il sauvera ceux qui sont demeurés fidèles à la Loi.

Habaquq s’ouvre sur une charge dans laquelle le prophète dénonce l’inaction de Dieu devant la violence et l’oppression du juste par le méchant, que le commentateur associe respectivement au Maître de justice et à ses détracteurs (1QpHab I-1–II-10a). En réponse, Dieu lui fait voir l’invasion des Chaldéens, une nation puissante qui sera l’instrument de son jugement. Dans les colonnes II–IV, du pècher, cette vision est interprétée comme une annonce de la venue des Kittim.

15a  1QpHab II 10b-15 ; 1QpHab III 6b-15

(II 10b) Car me voici ! Je fais surgir 11 Chaldéens, la nation hargneuse et [fougueuse*.] 
(12) Son interprétation concerne les Kittim, eux qui (sont assez) rapides et puissants (13) à la guerre pour détruire beaucoup (de monde). [La terre tombera (?)] sous la domination 14 des Kittim, et les impies [défailliront (?)] et ne croiront pas 15 aux décrets de Dieu […].

 (III 6b) Plus rapides que des panthères, (tels sont) leurs chevaux, et plus mordants que les loups du soir. (Ils) bondissent et se dispersent, ses cavaliers. De loin, 8 ils voleront comme l’aigle, pressé de tout dévorer. Chacun arrivera pour (répandre) la violence. Le halètement (?) (9) de leur face (sera comme) un vent d’est*.

(9b) Son interprétation concerne les Kittim qui (10) piétineront le pays avec [leurs] chevaux et avec leurs bêtes. (C’est) de loin 11 qu’ils arriveront, des côtes de la mer, pour dévorer tous les peuples, comme l’aigle, (12) sans se rassasier. (C’est) avec fureur (qu’ils s’attiseront ?), avec une ardente colère et la rage (13) au visage qu’ils s’adresseront à tous [les peuples. Car] c’est ce qu’il (14) dit : Le halètement (?) [de leur face (sera comme) un vent d’est et ils amasseront les captifs comme du] sable*.

Le prophète Habaquq lance ensuite un second appel à Dieu, qui lui propose une autre vision et lui demande de bien la graver pour qu’elle puisse être lue « en courant », c’est-à-dire avec facilité. Le commentateur de Qoumrân a trouvé dans ce passage une base qui lui permet d’expliquer comment le message des prophètes d’autrefois peut avoir une signification pour son époque.

15b  1QpHab VI 12b – VII 5a

(VI 12b) Je me tiendrai à mon poste (13) et je me placerai sur ma forteresse ; je guetterai pour voir ce qu’il me dira (14) et ce [qu’il (?) répondra] à ma charge. Et Yhwh me répondit (15) [et me dit : Écris la vision et grave la] sur les tablettes pour qu’il puisse courir, (16) [celui qui la lit*…] »

(17) […] (VII 1) et Dieu dit à Habaquq d’écrire ce qui allait survenir à (2) la dernière génération, mais il ne lui a pas fait connaître le moment où cela s’accomplirait. (3) Et quand il dit « pour qu’il puisse courir, celui qui la lit », (4) son interprétation concerne le Maître de justice auquel Dieu a fait connaître (5) tous les mystères de ses serviteurs les prophètes.

Ainsi, ce que les prophètes ont écrit annonce, de manière mystérieuse, ce qui doit survenir dans « les jours à venir ». Mais, grâce à une révélation reçue de Dieu, le Maître de justice est en mesure de décoder facilement le message transmis par les prophètes et de guider sa communauté. Celle-ci pourra donc se préparer adéquatement à vivre cette période difficile et pourra la traverser sans se laisser détourner de la voie droite.

La deuxième vision d’Habaquq annonce la manifestation d’un personnage orgueilleux et insatiable ; elle est suivie d’une série d’imprécations. Pour le commentateur de Qoumrân, ce personnage est le Prêtre impie.

15c 1QpHab VIII 3b-13a

(VIII 3b) De plus, la richesse trahira un homme prétentieux : il ne (4) subsistera pas, celui qui s’ouvre la gorge aussi large que le chéol, lui qui est aussi insatiable que la mort. (5) Toutes les nations s’assembleront autour de lui et tous les peuples s’amasseront envers lui. (6) Ne vont-ils pas tous lancer un proverbe à son sujet et des railleries énigmatiques sur lui ? (7) Ils diront : Malheur à quiconque accumule ce qui ne lui appartient pas ! Jusqu’à quand va-t-il s’alourdir (8a) de dettes* ? »

(8b) Son interprétation concerne le Prêtre impie, qu’on (9) disait fidèle quand il est entré en fonction ; mais quand il a pris le pouvoir (10) sur Israël, son cœur s’est gonflé, il a abandonné Dieu et trahi les décrets, devant l’attrait (11) de la richesse. Il a volé et amassé la richesse des hommes de violence qui s’étaient révoltés contre Dieu. (12) Il a pris la richesse des peuples, entassant sur lui-même une faute coupable. Les voies (13) abominables, il (les) a empruntées par toutes sortes de souillures impures.

Le Prêtre impie a non seulement adopté une conduite indigne de sa fonction, mais il a aussi cherché à éliminer ses opposants. Commentant une autre imprécation du livre d’Habaquq, le scribe y reconnaît l’annonce d’une agression perpétrée par le Prêtre impie contre le Maître et sa communauté.

15d  1QpHab XI 2b-8

(XI 2b) Malheur à celui qui fait boire ses voisins, déversant (3) sa fureur jusqu’à enivrer, pour voir leurs fêtes*.

(4) Son interprétation concerne le Prêtre impie qui (5) a poursuivi le Maître de justice, pour l’engloutir dans son irritation (6) furieuse, à la maison de son exil. Au moment de la fête, (lors) du repos(7) du jour des Expiations, il leur est apparu pour les engloutir (8) et les faire trébucher au jour de jeûne, (durant) leur repos chabbatique.

Le dernier mot du verset d’Habaquq cité ici est un peu différent dans le TM qui lit « nudité » (m’wr) plutôt que « fêtes » (m’wd). Grâce à cette variante, le scribe peut associer cet extrait à l’attaque du Prêtre impie, menée au moment où le Maître et sa communauté célébraient la fête des Expiations selon leur propre calendrier, ce qui les rendait d’autant plus vulnérables. Le résultat de l’expédition n’est pas précisé. Les dernières colonnes du pècher anticipent le châtiment du Prêtre impie, tout comme celui des nations idolâtres et des impies du pays (1QpHab XI 17 – XIII 4).

Depuis la publication du pècher d’Habaquq, plusieurs tentatives ont été faites pour « décoder » les personnages et groupes qui se cachent derrière ces noms à caractère symbolique. On associe généralement les Kittim de ce pècher avec les Romains, maîtres du pays depuis l’intervention de Pompée (63 av. J.-C.) ; le Prêtre impie est assez souvent identifié à Jonathan Maccabée (grand prêtre de 152 à 143 av. J.-C.) et le Maître de justice au prêtre qui aurait assuré la fonction de grand prêtre par intérim avant lui. Mais plusieurs autres candidats sont possibles et il n’existe aucun consensus sur la question.

 

© Jean Duhaime et Thierry Legrand, SBEV / Éd. du Cerf, Supplément au Cahier Évangile n° 152 (juin 2010), "Les rouleaux de la mer Morte", p. 48-51.

 

 
Monastère Ste Catherine, Sinaï.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org