Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
356
Noël
7
Bizot Catherine
Autour de la fête de Noël
Gros plan sur
 
Commencer
 
Noël fête la naissance d’un enfant qui va sauver le monde et va donner un sens à notre vie.
...
 
La liturgie nous propose de relire les grands textes des évangiles de Matthieu et Luc sur la conception, la naissance et l’enfance de Jésus. Mais il est bien d’autres textes qui peuvent enrichir notre lecture.

De naissance en naissance…
Au long du Premier Testament, il est des naissances que les humains n’espéraient plus. Il est des naissances dont les fruits furent d’ordre spirituel. Des femmes stériles mirent au monde des enfants qui prirent une place importante dans le dessein de Dieu, " car rien n’est impossible à Dieu " (Lc 1, 37).

Ouvrez votre Bible et allez relire :
l’histoire de Saraï en Gn 17 – 18 et Gn 21, 1-7
l’histoire de Rachel en Gn 29, 1– 30, 24
l’histoire de la mère de Samson en Jg 13
l’histoire d’Anne, mère de Samuel en 1 S 1 – 2

C’est ainsi que " l’épouse stérile qui devient féconde " est devenue une image traditionnelle, dans l’Écriture, pour décrire les épreuves passées de Jérusalem et son prochain rétablissement (lire Is 54, 1-10).

Et Paul nous aide à comprendre que cela s’applique à l’Église et à la Jérusalem Nouvelle :
" Mais la Jérusalem d’en haut est libre et elle est notre mère ; car il est écrit " réjouis-toi, stérile qui n’enfantais pas, éclate en cris de joie, toi qui n’as pas connu les douleurs ; car nombreux sont les enfants de l’abandonnée, plus que les fils de l’épouse ". Or, vous, mes frères, à la manière d’Isaac, vous êtes enfants de la promesse " Ga 4, 27-28.

Isaac fut l’enfant de la promesse de Dieu, Jésus fut l’Enfant-Messie promis par Dieu et nous sommes les " enfants de Dieu ", engendrés en Dieu (Jn 1, 12-13).

Attendu comme le Messie….
Car, au cœur du Premier Testament, des textes orientent l’attente de la réalisation des promesses de Dieu vers un Messie aux visages mystérieux.

Ouvrez votre Bible et allez relire :
Mi 5, 1-4 (celle qui doit enfanter… celui qui doit gouverner Israël)
Is 7, 10-16 (elle va enfanter un fils … Emmanuel)
Is 42, 1-9 (serviteur souffrant… lumière des nations)
Jr 23, 5-6 (" germe juste " suscité à David)
Ez 34 (Dieu, pasteur de son troupeau)
Dn 7, 9-14 (Fils d’homme venu des cieux)
Ps 2 et 110 (Roi et prêtre des nations)

Mais ce fut un enfant donné à Marie par Dieu (Lc 1, 26-38), reconnu par Jean-Baptiste (Lc 1, 39-45), chanté par Marie qui vit, en lui, l’accomplissement de toutes les promesses faites à Abraham (Lc 1, 46-55) et accueilli, à sa naissance par les anges (Lc 2, 9-14) et les bergers (Lc 2, 8-12.15-20)… et par les Mages dans l’évangile de Matthieu (Mt 2, 1-12).

Accueillir comme Dieu…
Un texte décrit mieux que tout autre la portée de l’Incarnation, la portée de ce jour où Dieu se fit homme : c’est le prologue de l’évangile de Jean (Jn 1, 1-18).

Relisez-le en notant, d’un côté, ce qui relève du Premier Testament, et, d’un autre côté, tout ce qui concerne la Révélation apportée par Jésus-Christ.

Puis, vous pouvez continuer votre promenade en reprenant les deux premiers chapitres de Matthieu pour constater combien ils sont différents de ceux de Luc…


© Catherine Bizot Service biblique catholique Évangile et Vie
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org