1170
Béatitudes
11
Carrière Jean-Marie
Le paradoxe des Béatitudes (Matthieu 5,1-12)
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
http://www.artbible.net, Pompéi : Mosaïque de la maison du F ...
Jésus n’annonce pas un bonheur ou un malheur mais plutôt une manière paradoxale de vivre ce qui nous apparaît comme bonheur ou malheur.
 

Au fil du texte : Un bonheur paradoxal

Selon Matthieu, c'est le début du premier discours de Jésus. La série des Béatitudes est donc un commencement. Un commencement au même titre que d’autres commencements dans la Bible ?

La parole de Dieu est au commencement de toute la création (Gn 1). Elle dit et fait ce qu’elle dit, mais ce n’est pas une béatitude. Et cependant, à la fin de chaque étape de la création, Dieu voit que tout cela est bon…

D'une montagne à l'autre
Autre commencement majeur : le don de la Loi, l’alliance du Sinaï (Ex 19-24). Cela se passe sur la montagne et, pour la conclusion de l’alliance, Moïse est assis pour un repas avec 70 des anciens d’Israël : cela ressemble un peu à Jésus assis sur la montagne avec ses 12 disciples. Les premières phrases de l’alliance du Sinaï, ce sont les Dix Paroles (le Décalogue, Ex 20). Elles commencent par un tout petit récit : ''…je t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude'' qui rappelle à tout Israël les merveilles de l’Exode. Mais il s’agit d’autre chose sur la montagne avec Jésus : non le récit des merveilles du passé, mais la déclaration des béatitudes. C’est une autre manière de faire naître un peuple, une manière qui s’adresse à tous, pas seulement à Israël libéré par YHWH (Le Seigneur).

Une joie inouïe
Suivons le fil du texte de Mathieu. Le mot ''heureux'' revient neuf fois. Une liste à neuf termes, cela paraît une liste incomplète (rappelons-nous les Dix Paroles !). Mais la liste des béatitudes s’achève par l’injonction du v. 12 : ''Soyez dans la joie et l’allégresse…'' Ainsi est explicité le mot ''heureux'' : ceux et celles que Jésus déclare heureux, répondront à cette déclaration en se tenant dans la joie et l’allégresse. Paradoxe des béatitudes : ceux et celles que Jésus déclare heureux ne se croyaient sans doute pas tels ! Mais que Jésus le leur déclare et cela engendre en eux une joie inouïe.

Notons que les deux dernières déclarations de Jésus (v. 11-12) diffèrent des précédentes. Elles s’adressent à un ''vous'' : ''Heureux êtes-vous lorsque…'' Alors qu'il paraissait s'adresser à la foule, Jésus se tourne-t-il maintenant vers quelques-uns en particulier ? Difficile à savoir. L'important, c’est qu'en s'adressant à quelques-uns (''vous''), Jésus parle aussi de lui : ''…à cause de moi''. Le secret des déclarations de Jésus tient dans la relation entre lui et ceux à qui il parle. Si les béatitudes parlent à tout homme et lui disent qu’il a vocation - paradoxale - à être heureux, la joie et l’allégresse qui couronnent ce paradoxe sont le fruit de la relation à Jésus : ''…à cause de moi''.

Un avenir ouvert
L'ensemble des huit premières béatitudes (v. 3-10) est délimité par la mention du Royaume des cieux (v 3.10), introduit par un verbe au présent : ''…à eux est le Royaume des cieux'' alors que toutes les autres (v. 4-9) emploient un verbe au futur : ''ils hériteront… seront consolés… etc.'' Les béatitudes sont des déclarations qui valent pour le présent : ''Le Royaume des cieux (ou de Dieu) est parmi vous'' ne cessera de proclamer Jésus sur les routes de Galilée. Et cette présence du Royaume dans notre présent nous ouvre un avenir : hériter, être consolé, être rassasié…

Les béatitudes sont formulées de manière constante : ''Heureux ceux qui…''. Ceux qui sont déclarés heureux sont caractérisés par un adjectif (par un état) : pauvre en esprit, doux, affligé, pur de cœur, ou bien par un verbe (par une action) : avoir faim et soif, faire miséricorde, faire la paix, être persécuté. Cette manière de formuler les choses rappelle, par contraste, les malédictions proclamées autrefois par les prophètes : ''Malheur à ceux qui…'' (cf. par ex. Am 5,18 et 6,1 ou la liste de sept malédictions en Is 5,8-25 et 10,1-4). À leurs contemporains stigmatisés ainsi pour leurs injustices, les prophètes annoncent pour conséquence un grand malheur. Au fond, les béatitudes ont quelque chose de prophétique. A ceci près que le prophète Jésus n’annonce pas un malheur mais plutôt une manière paradoxale de vivre ce qui nous apparaît comme malheur, à savoir être persécuté à cause de lui ! Il est possible de vivre toute notre vie avec l’allégresse au cœur à cause de lui et avec lui, si nous nous attachons à lui pour apprendre de lui comment vivre ce paradoxe.

La justice du Royaume
De qui parle Jésus ? Les quatre premières béatitudes s’adressent à des personnes qui vivent manifestement un manque : être pauvre (ou humble, voire humilié), être doux (sans violence ?), être affligé, avoir faim et soif… de justice ! Le manque fondamental, en fait, est celui de la justice et il donne sens à tous les autres.

Les quatre béatitudes suivantes restent dans la thématique de la justice, mais cette fois au niveau d’un ''engagement'' : faire miséricorde, être pur de cœur, faire la paix, être persécuté à cause du combat pour la justice. Sous différentes facettes, on peut dire que les béatitudes déclarent heureux ceux et celles pour qui la justice (du Royaume, cf. Mt 5,20) est un enjeu majeur. Si les prophètes dénonçaient ceux qui pratiquaient l’injustice, Jésus déclare heureux ceux qui placent au centre de leur vie le souci de la justice.

Dans cette perspective, il faut noter enfin que Jésus parle très concrètement : de l’esprit (ou du souffle), du cœur, d’avoir faim et soif, du regard (et des pleurs). Le paradoxe par lequel Jésus déclare heureux ceux et celles qui ne se pensaient pas tels, mais qui sont concernés par la justice, touche au plus intime de notre être. Car ce paradoxe a quelque chose à voir avec la relation à Dieu : voir Dieu (v. 8), être appelé fils de Dieu (v. 9). En faisant confiance aux déclarations des béatitudes, à la suite de Jésus qui nous ouvre ce chemin, ce qui nous est promis n’est rien de moins que la joie et l’allégresse d’une relation filiale avec Dieu.

© Jean-Marie CARRIÈRE. 

 > Pour en savoir plus sur le portrait de Jésus dessiné par St Matthieu :
Jésus selon St Matthieu

 
Mt 5,1-12
1A la vue des foules, Jésus monta dans la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent de lui.
2Et, prenant la parole, il les enseignait :
3« Heureux les pauvres de coeur  : le Royaume des cieux est à eux.
4Heureux les doux  : ils auront la terre en partage.
5Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés.
6Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice  : ils seront rassasiés.
7Heureux les miséricordieux  : il leur sera fait miséricorde.
8Heureux les coeurs purs  : ils verront Dieu.
9Heureux ceux qui font oeuvre de paix  : ils seront appelés fils de Dieu.
10Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux.
11Heureux êtes-vous lorsque l'on vous insulte, que l'on vous persécute et que l'on dit faussement contre vous toute sorte de mal à cause de moi.
12Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux  ; c'est ainsi en effet qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org