Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
5° dimanche du temps ordinaire (5 février 2017)
 
 
"Vous êtes le sel de la terre... "
 

• Isaïe 58,7-10

Les habitants de la Judée se plaignent. Alors qu’ils ont jeûné et se sont mortifiés selon les prescriptions légales, Dieu semble ne pas tenir compte de leur obéissance scrupuleuse. Ont-ils compris le vrai sens de la Loi qui est d’indiquer le chemin de conversion qui mène à Dieu ? Tout en jeûnant, ils ont poursuivi leurs affaires en exploitant leurs ouvriers.

Alors Isaïe leur rappelle les attitudes élémentaires de la fraternité. Des manières d’être qui engagent toute la personne et qui, en même temps qu’elles donnent vie aux autres, font jaillir lumière et force au cœur de celui qui se quitte lui-même et se dépasse. Ce sont ces dispositions qui rapprochent du Seigneur qui est toute miséricorde. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. »  


• Psaume 111

Ce psaume vient confirmer les paroles prophétiques. Illuminé par le Seigneur, l’homme de justice se laisse transformer à son image et devient lui-même lumière dans les ténèbres, signe de la présence divine. Ses bienfaits à l’égard de ses semblables sont tels qu’ « on fera toujours mémoire de lui » dit le psalmiste. Ce qui est une manière très forte de souligner sa proximité et son alliance avec Dieu car c’est habituellement de Dieu, de sa loi et de son alliance avec les hommes dont on fait mémoire éternelle. On comprend alors que cet homme de bien n’ait absolument rien à craindre. Dans l’évangile, Jésus dira à ses disciples que telle est leur vocation.


• Matthieu 5,13-16

Les versets que nous lisons aujourd’hui font directement suite aux Béatitudes entendues dimanche dernier. Ils donnent à penser que les destinataires de l’évangile de Matthieu sont trop tièdes et trop éteints à son goût. Peut-être ont-ils peur et se cachent-ils ? Peut-être redoutent-ils les persécutions qui semblent former le contexte de rédaction des Béatitudes ? Peut-être est-ce le moment de nous rappeler avec eux que le juste n’a rien à craindre (cf. Psaume) ?

Car, si nous croyons que le Christ est vraiment une Bonne Nouvelle pour le monde entier, si nous faisons l’expérience que l’Esprit qu’il nous communique donne un goût incomparable à notre vie, alors il n’est pas pensable que nous gardions cette étincelle pour nous seul(s). Il nous faut absolument partager notre découverte, témoigner de notre foi. Le don reçu nous provoque à la mission, tant personnellement que communautairement. C’est tout l’enjeu d’une église « en sortie » tant désirée par le pape François et répondant à l’interpellation de Jésus : Vous êtes le sel de la terre. Vous êtes la lumière du monde.

Du sel pour rehausser et donner sens aux petites et grandes choses du quotidien quand la désespérance pourrait l’emporter. Du sel pour conserver toute expérience si précieuse à nous enseigner et former. Du sel à joindre au pain de l’amitié quand nous tenons tables ouvertes à l’ami comme à l’étranger. Du sel et de la lumière ! Lumière combien nécessaire pour s’orienter dans les dédales de nos vies et de celle du monde si compliquées. Lumière combien apaisante quand elle vient réchauffer les cœurs isolés ou blessés, les corps fatigués ou violentés.

Il ne s’agit ni de nous imposer ni d’en imposer. Simplement d’être là humblement, au bon moment, au bon endroit, en laissant la puissance de l’Esprit qui nous habite faire son œuvre en nous et autour de nous (cf. 2ème lecture). Être frère, sœur universels, c’est très certainement ce que le prophète Isaïe voulait indiquer comme le jeûne qui plaît à Dieu (cf. 1ère lecture). « Alors… ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux ».

 

On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (1 Corinthiens 2,1-5) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales n° 3. Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre.

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org