Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
23° dimanche du temps ordinaire (6 septembre 2015)
 
 
"Il fait entendre les sourds et parler les muets... "
 

• Isaïe 35,4-7a

Les chapitres 34-35 d’Isaïe visent la fin des temps. Les puissances s’opposant au Seigneur auront été jugulées et la création sera renouvelée. L’irrigation de tout ce qui est sec et désertique est annoncée comme le bienfait majeur. On peut voir dans ces eaux jaillissantes et vivifiantes la figure de celle qui s’écoulera du côté transpercé de Jésus, symbole de l’Esprit et du baptême (Jn 7, 37-39 ; 19, 34). Par ailleurs, la vue, l’ouïe, etc. tous les sens par lesquels s’opère la relation de l’homme à Dieu, à ses semblables et au monde seront rendus vraiment opérants. Ils seront physiquement et spirituellement évangélisés.

Le prophète s’adresse aux cœurs défaillants, pressés d’en finir avec l’insécurité et les combats. Il les exhorte à puiser courage dans leurs forces de résistance et à faire confiance, sans céder à la peur : ne craignez pas. Mais surtout il motive ces transformations par une promesse aux accents messianiques : Voici votre Dieu… il vient lui-même et va vous sauver !

Le problème, c’est que cette venue inouïe de Dieu en personne est associée à sa vengeance ! Ce que nous jugeons, avec raison, incohérent avec l’image que nous avons du Dieu des chrétiens.

Ce type de propos aura hélas contribué au rejet du ‘Dieu de l’Ancien Testament’. Or nous n’avons qu’un seul Dieu qui se révèle tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament ! Ce n’est pas Dieu qui change mais la perception que nous en avons. C’est au fil des générations, que les hommes ont affiné leur compréhension de Dieu, et c’est peu à peu que nous-mêmes découvrons qui il est. Nous sommes donc appelés à mieux lire les écritures, à laisser nos oreilles, nos yeux, notre cœur s’ouvrirent pour mieux accueillir ce qui nous est dit, mieux accueillir le Seigneur qui sans cesse vient à nous.

L’incarnation de Dieu en Jésus Christ nous manifeste que sa vengeance et sa revanche résident en fait dans sa miséricorde et son salut proposés à tous. La vengeance suprême de Dieu c’est de sauver ! Ce qu’il rejette c’est le mal sous toutes ses formes qu’il ne confond pas avec le pécheur dont il espère inlassablement la conversion.

 

• Psaume 145,7-10

Ce psaume dit la fidélité indéfectible du Seigneur et son règne pour toujours. En en donnant pour signes la restauration de l’homme dans toutes ses fonctions et sa prévenance pour les plus fragilisés, il fait bel écho à Isaïe.

• Marc 7,31-37

Avec le Christ, le Règne de Dieu s’est approché et nous en goûtons les prémices. Par lui, la prophétie d’Isaïe s’accomplit. Et c’est sans partialité vis-à-vis de l’étranger. Lorsqu’en territoire païen, Jésus ouvre les oreilles du sourd-muet et délie sa langue, les gens ne s’y trompent pas : impossible aux témoins de se taire. Il a bien fait toutes choses ! « Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et voici : cela était très bon » (Gn 1, 31).

à l’écart de la foule, Jésus instaure une relation de personne à personne avec celui qui est muré en lui-même comme on peut l’être par le mal ou le péché. Ne dédaignant pas d’emprunter des gestes familiers à la médecine païenne des terres où il se trouve, il opère de façon inhabituelle en privilégiant le corps à corps pour délivrer l’homme de ses liens. C’est à une véritable recréation qu’il procède, lui communiquant ses propres sens, sa propre humanité, sa vie. Jésus apaise et remet tous nos sens en bon ordre. Ouvre-toi ! Baptême de renaissance.

Humour ou  inconséquence à vouloir imposer le ‘secret messianique’ en toutes circonstances ? Jésus (ou Marc) croit-il vraiment que l’homme à qui il a fait don de la parole va se taire ?

 

On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (Lettre de Jacques 2,1-5) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales n° 10. Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre.

 
 
Vidéo
La fenêtre du père Marc :
"Je ne chante pas pour passer le temps"