Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
12° dimanche du temps ordinaire (19 juin 2016)
 
 
"Tu es le Christ, le Messie de Dieu... "
 

• Livre de Zacharie 12,10-11a;13,1

La seconde partie du livre de Zacharie témoigne de l’espérance qu’un jour, à la fin des temps, Dieu réduira les ennemis de Jérusalem à l’impuissance. Il rétablira la ville où tout le peuple pourra se rassembler. Puis l’intégration des païens marquera l’achèvement du projet divin sur la création.

Ce dessein de Dieu passera par une figure mystérieuse, proche de celle du serviteur souffrant d’Isaïe. C’est un messie humble et pacifique, monté sur un ânon. C’est aussi un bon pasteur et un transpercé dont la mort va entraîner la conversion du peuple. En le regardant, en mesurant l’ampleur de la perte comparable à celle d’un fils unique, on reviendra au Seigneur. On prendra conscience de ses péchés mais on en sera lavé. Car le transpercé sera une source de purification pour tout le peuple.

De l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, monté sur un ânon (Rameaux), jusqu’à sa mort sur la Croix, les évangélistes se réfèrent fréquemment à Zacharie. Jean notamment le cite : Ils regarderont celui qu'ils ont transpercé,après avoir évoqué le coup de lance transperçant le côté de Jésus dont s’écoulent le sang et l’eau (19,34.37).

Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus va dévoiler que, seule, la confrontation avec la Croix peut révéler la véritable identité du Messie que Pierre reconnaît en lui. Lire auparavant cet extrait nous invite à envisager la Croix comme un chemin de conversion et une source de pardon.


• Psaume 62

Le psalmiste est comme les gens de la Jérusalem désolée. Il dit être dans une sorte de désert spirituel qui le pousse à chercher le Seigneur dès l’aube. Il sait que Dieu est la source vive qui peut irriguer sa vie, il a soif de le rencontrer. Et quand il le rencontre au sanctuaire, il n’est pas déçu : oui, tu es venu à mon secours. Sa vie est transformée. Nourri de l’amour de Dieu pour lui, il est rempli de joie et ne pense plus qu’à le bénir et le louer. Le lien est désormais restauré : je m’attache à toi et tu me soutiens.


• Luc 9,18-24

Qui est Dieu ? Qui est Jésus ? Quel type de relations entretenons-nous avec eux ? Ces questions traversent l’ensemble des lectures de ce jour. Comme souvent chez Luc, Jésus est en prière. C’est le cœur à cœur qu’il entretient avec son Père qui semble le conduire à questionner les disciples. Il veut probablement aussi les préparer à vivre la montée à Jérusalem qu’il va bientôt entreprendre.

Que dit-on de moi autour de vous ? Et vous, et toi, que dis-tu de moi ? Pour toi qui suis-je ? Jésus vient de nourrir une grande foule avec cinq pains et deux poissons. N’est-il pas le prophète des derniers temps qui doit offrir un grand banquet messianique à tous les peuples ? Pierre ose une réponse : Tu es le Christ, le Messie de Dieu. Jésus ne rejette pas cette confession de foi mais leur impose le silence sur cette vérité qu’il ne faudrait pas interpréter de travers. L’attente commune quant au Messie est celle d’un souverain belliqueux qui restaurera enfin l’indépendance d’Israël (Lc 24,21 ; Ac 1,6).

Or, Jésus va détourner les disciples de cette conception nationaliste, utilitariste, du Messie et les orienter vers une réalité plus humble, plus douloureuse. Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup… Pour la première fois, Jésus annonce sa passion, sa mort et sa résurrection. Cette formulation il faut que…, fréquente chez Luc, pourrait nous choquer si nous l’entendions au sens d’un déterminisme qui pèserait de manière extérieure sur lui. Mais ce n’est pas ça. C’est que Jésus, totalement accordé au projet de salut de son Père, sait qu’il n’y a pas d’autre chemin que celui de l’amour jusqu’au bout pour vaincre le mal à la racine. C’est ce surcroit d’amour qui va le conduire à la Croix. Il sait aussi que ceux qui veulent être ses disciples ne pourront faire l’économie de cette confrontation. Et c’est en empruntant cette voie qu’ils découvriront qui il est vraiment.

 

On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (Épître aux Galates 3,26-29) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales n° 8. Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre.

 
 
Vidéo
La fenêtre du père Marc :
"Je ne chante pas pour passer le temps"