6° Dimanche de Pâques (25 mai 2014)
 
 
"Celui qui m'aime sera aimé de mon Père... "

Avant de passer de ce monde à son Père, le Christ annonce à ses disciples la venue de l’Esprit Saint : l’autre Défenseur, l’Esprit de Vérité (Évangile). Dans les Actes des Apôtres (1° lecture), Pierre et Jean communiquent l’Esprit Saint aux Samaritains. Puisse ce même Esprit agir en nous pour que nous soyons toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en nous (2° lecture).


• Actes 8,5-8.14-17

Le programme missionnaire annoncé par le Christ ressuscité aborde une nouvelle étape. Avant de monter au ciel, Jésus disait aux apôtres : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1,8) L’Église naissante exécute ce programme.

Elle évangélise Jérusalem et la Judée tout d’abord. Mais une crise, née d’un problème de distribution de vivre, a éclaté. Les Douze ont choisi sept hommes pour assurer le service des tables. Les Sept se sentent également responsables de l’annonce de la Parole de Dieu. Etienne meurt à cause d’un discours enflammé tenu à Jérusalem. Une persécution éclate contre les chrétiens, qui quittent Jérusalem et en profitent pour annoncer la bonne nouvelle.

C’est le cas de Philippe. De sa propre initiative, il évangélise les Samaritains. Ceux-ci sont considérés comme des moins que rien par les Juifs pieux, qui ne leur adressent pas la parole. Les Douze, restés à Jérusalem, envoient deux délégués pour voir ce qui se passe chez les Samaritains. Les délégués portent un jugement positif sur l’action de Philippe et demandent à l’Esprit Saint de ratifier et de féconder son œuvre d’évangélisation. A la fin du livre des Actes, Philippe porte le beau titre d’ « Évangéliste ». Grâce à lui l’évangile a été annoncé pour la première  fois en Samarie.

 
• Psaume 65

Ce psaume prolonge bien la première lecture. Le psalmiste sort des limites de son peuple. Il regarde les nations païennes auxquelles il lance une invitation à acclamer Dieu.

Le psalmiste évoque probablement à la fois la puissance du Dieu créateur et du Dieu libérateur.  Comme Créateur, Dieu a dompté les eaux primitives et les monstres marins (symboles du mal). Comme Libérateur, il a fait passer le peuple à travers la mer, sous la conduite de Moïse, et lui a donné une terre en lui faisant passer le Jourdain, sous la conduite de Josué. Ce rappel des exploits du passé vise à donner une joie actuelle. Le Dieu de l’histoire, dont le peuple se souvient en lisant les Écritures, est le Dieu qui règne actuellement sur son peuple et sur le monde.

Dans la dernière strophe, le psalmiste adopte un ton plus personnel. Il convoque son auditoire pour lui raconter ce que Dieu a fait pour lui. Dieu n’est pas seulement le Tout-Puissant, qui règne sur l’univers. Il est également celui qui s’intéresse à chacun de ses sujets. Il accorde sa grâce à celui qui l’implore.


Jean 14,15-21

L’extrait de ce jour provient du grand discours d’adieu de Jésus. Après avoir indiqué qu’il est le chemin vers le Père, Jésus aborde pour la première fois le thème du Paraclet. Forme passive d’un verbe grec qui signifie appeler, le mot est employé dans un sens judiciaire. Le Paraclet est celui qui est appelé au secours lors d’une comparution. Il est donc l’avocat, le défenseur (traduction retenue par la liturgie). D’une façon plus large, il est aussi l’intercesseur, le consolateur. Dans la littérature johannique, le Christ, le premier, joue ce rôle : « Mes petits enfants, je vous écris pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le juste. Il est la victime offerte pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais encore pour ceux du monde entier » (1 Jn 2,1-2)

Jésus annonce à ses disciples qu’après son départ viendra un autre Paraclet, appelé l’Esprit de Vérité. Ce défenseur viendra habiter au cœur de ses disciples, leur enseignant toutes choses. Il jouera auprès des disciples le rôle que Jésus a tenu. Il gardera les disciples dans l’amour du Christ et, par lui, dans l’amour du Père.



On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (1 Pierre 3,15-18) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales n° 7. Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre.