Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
11° dimanche du temps ordinaire (12 juin 2016)
 
 
"Ta foi t'a sauvée, va en paix ! "
 

• Deuxième livre de Samuel 12,7-10.13

Qu’on nous raconte les frasques ou les crimes soigneusement maquillés de tel homme en vue et nous sommes volontiers prompts à nous indigner et à condamner le pécheur avec son péché… Peut-être sommes-nous moins lucides sur nous-mêmes… Alors c’est en lui racontant la parabole d’un riche qui avait volé l’unique brebis d’un pauvre que Nathan a conduit le roi David à prendre conscience de son péché et à se condamner lui-même : Par le Seigneur vivant, l’homme qui a fait cela mérite la mort ! Alors Nathan dit à David : Cet homme, c'est toi !

Pour permettre à David de prendre conscience de la gravité de ses actes, le prophète lui énonce tout ce que Dieu lui a donné. Puis il dénonce tous les méfaits de David, soulignant ainsi le décalage et son mépris à l’égard du Seigneur. Il lui ouvre aussi les yeux sur les conséquences que sa conduite aura pour sa maison car si personne ne vient briser l’engrenage, l’épée appelle l’épée, etc. Le roi n’essaie pas de se justifier. Sans ergoter, il reconnaît humblement la vérité : J'ai péché contre le Seigneur ! Mais alors que David pensait que son péché le menait droit à la mort, Nathan lui révèle un Dieu miséricordieux qui ne veut pas la mort du pécheur : Le Seigneur a passé sur ton péché, tu ne mourras pas. Le pardon surenchérit sur le don, il fait goûter à la résurrection, il offre une nouvelle vie.


• Psaume 31

Le psaume 31 est attribué à David et semble prolonger la première lecture. Quel bel hommage au Seigneur à qui tout homme peut dévoiler ses fautes sans crainte d’être rejeté. Heureux qui se regarde en vérité et reconnait son péché sans se dénigrer ni se décourager : toi, tu as enlevé l'offense de ma faute. Heureux cet homme ! Il va de plus bénéficier de la bienveillance du Seigneur qui va l’abriter, l’entourer, le délivrer, lui faire retrouver la joie. Le Seigneur pardonne sans humilier, il verse du baume sur nos blessures, nous réconcilie avec lui et avec nous-mêmes.


• Luc 7,36 – 8,3

L’évangile nous révèle l’infini de la miséricorde et de la grâce de Dieu découvertes par David et proclamées par Paul. Aujourd’hui Jésus est l’hôte d’un pharisien. Une pécheresse de la ville s’introduit. Sans doute n’ignore-t-elle pas qu’elle va s’exposer à la raillerie du maître de maison. Mais elle a appris la présence de Jésus dont elle connaît visiblement la réputation d’ami des pécheurs. Son désir de le rencontrer l’emporte. Elle l’honore en versant du parfum sur lui et lui manifeste une énorme considération tout en se répandant en pleurs. La scène se déroule en silence et c’est Jésus qui prend l’initiative de le briser. Simon n’a d’autre référence que la loi de Moïse pour appréhender une situation. Alors, percevant sa dureté intime, et pour l’amener à réviser ses jugements hâtifs (sans pour autant l’agresser),  et à fendre l’armure (vainement semble-t-il), Jésus va utiliser un procédé similaire à celui de Nathan.

Son histoire met en évidence que quelle que soit notre dette, elle est disproportionnée à nos biens. Nous n’avons pas de quoi rembourser. Nous ne pouvons que reconnaître humblement notre péché et nous en remettre à la grâce de Dieu. D’une part, notre amour envers le Seigneur sera d’autant plus grand qu’il nous sera remis davantage. D’autre part, notre amour grandira à mesure que nous accueillerons le pardon de Dieu. C’est un cercle vertueux.

Sans en énoncer le principe comme le fera Paul, Jésus fait ainsi apparaître que la Loi n’aurait pas sauvé la femme pècheresse mais l’aurait condamnée. Alors que sa repentance, son amour et sa foi ont touché le cœur de Jésus et lui ont ouvert le salut : Tes péchés sont pardonnés. Ta foi t'a sauvée. Va en paix !

 

On trouvera des pistes d'approfondissement pour l'Épître (Épître aux Galates 2,16.19-21) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales n° 8. Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre.

 
 
Vidéo
La fenêtre du père Marc :
"Je ne chante pas pour passer le temps"