Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
28° dimanche du temps ordinaire (9 octobre 2016)
 
 
"Relève-toi et va : ta foi t'a sauvé. "
 

• 2 Rois 5,14-17

Ce texte a été choisi parce qu’il raconte la guérison d’un lépreux, comme dans l’évangile du jour. Mais son intérêt s’élargit à l’ouverture du salut de Dieu aux nations. Jésus cite d’ailleurs cet événement dans son discours inaugural dans la synagogue de Nazareth : « Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien » (Lc 4, 27).

L’acte de foi de Naaman est une lointaine évocation du baptême (du plongeon) par lequel nous sommes libérés de notre péché et sauvés de la mort définitive (cf. deuxième lecture : « Si nous sommes morts avec lui… »). Le chiffre sept dit la perfection de l’acte pour obtenir ce salut. Sa guérison est une renaissance. Elle est suivie de la conversion de ce chef militaire qui proclame sa foi au Dieu d’Israël qu’il reconnaît être le seul Dieu. En signe de  gratitude, il offre un présent au prophète qui refuse : le don de Dieu est absolument gratuit, il ne s’achète ni par l’argent, ni par de supposés mérites. Ce refus amène Naaman à aller plus loin dans sa conversion : il veut désormais n’offrir de culte qu’au Dieu unique qu’il a découvert. Les divinités étaient autrefois pensées comme attachées à un lieu, à une terre. En emportant de la terre d’Israël, Naaman dit son profond désir de s’attacher au Dieu de cette terre.


Psaume  97

Ce psaume fait écho au texte précédent en proclamant le règne universel de Dieu. Avec le psalmiste nous chantons le Dieu d’Israël qui règne aussi sur toute la terre : sa souveraineté s’étend sur les nations parce qu’il est le maître de l’histoire et sur le monde entier parce qu’il en est le créateur.

• Luc 17,11-19

Nous sommes frappés ici par la sobriété de l’intervention de Jésus : pas de geste de guérison mais un regard et une simple parole : « Allez-vous présenter aux prêtres ». Il demande seulement aux dix lépreux d’observer la Loi de Moïse concernant la reconnaissance de guérison. Jésus s’adresse donc à eux comme s’ils étaient déjà purifiés. Et ils lui font  confiance puisqu’ils se mettent tout de suite en route. Or ce à quoi ils ont cru se réalise en chemin, ils voient qu’ils sont purifiés. Nous imaginons leur bouleversement intérieur : ils allaient pouvoir reprendre leur place parmi les hommes. Pourquoi donc un seul revient-il vers Jésus pour rendre grâce ? Et pourquoi est-ce le Samaritain ? Samaritains et Juifs, pour des raisons religieuses, se rejetaient mutuellement et n’avaient aucun contact entre eux. Le Samaritain n’aurait donc pu avoir accès ni au Temple ni au prêtre. Mais ce n’est pas tout : il est touché par Dieu et il fait demi-tour en lui rendant gloire. Quant aux neuf autres, en poursuivant leur route vers Jérusalem, ils ne font qu’obéir à la Loi et à Jésus qui en a fait le rappel. Mais pour eux cette obéissance a une telle priorité qu’elle leur fait oublier la reconnaissance. 

Parvenu à Jésus, le Samaritain se prosterne devant lui, geste de déférence envers quelqu’un  dont on reconnaît l’autorité, et il lui rend grâce. Il voit en lui l’envoyé de Dieu, par qui il a été guéri. Et Jésus, après s’être étonné de sa seule présence, lui déclare : « Ta foi t’a sauvé. ». Le salut c’est plus que la guérison, plus que la réintégration sociale, c’est l’entrée dans une relation personnelle avec Dieu et avec Jésus son envoyé, reconnus dans la louange et l’action de grâce. Et ce salut touche un Samaritain, un non-juif. Signe de l’ouverture aux nations que Jésus avait déjà annoncée dès le début de sa mission (Lc 4,25-27). Dans les Actes des Apôtres, Luc montrera que c’est en Samarie que commence l’évangélisation des nations (Ac 8 – 10). Sachons nous aussi goûter dans l’action de grâce le salut que Jésus nous a donné.

On trouvera des pistes d'approfondissement pour l'Épître (2ème lettre à Timothée 2,8-13) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales n° 11. Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre.

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org