Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
4° dimanche du temps ordinaire (29 janvier 2017)
 
 
"Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux...
 

• Sophonie 2,3 ; 3,12-13

Violence et fraude chez les hauts fonctionnaires, économie pervertie, injustices scandaleuses, population qui délaisse le Seigneur et se tourne vers les divinités étrangères… la situation du royaume est telle que Sophonie lui prédit de rudes lendemains. Dans son emportement, le prophète va jusqu’à parler du « jour de la colère du Seigneur »… comme si Dieu était à l’origine des conséquences fâcheuses de nos actes – ce qui n’est évidemment pas le cas. Ce type d’interprétation est toujours à replacer dans le cadre de la théologie de la rétribution qui pense Dieu comme récompensant les bons et punissant les méchants. Une théologie erronée et que l’on voudrait dépassée mais qui nous rattrape facilement (Qu’est-ce que j’ai donc fait au bon Dieu… ? etc.).

Tout n’est pas perdu cependant car le Seigneur va s’appuyer sur ceux qui le cherchent vraiment en toute humilité et justice. Ces humbles qui en toutes choses s’en remettent entièrement à Dieu ne sont pas nombreux. Un petit reste, mais qui va prendre de plus en plus d’importance en Israël. C’est à ces ‘anawim’ qui l’entourent en Galilée que Jésus annonce qu’ils sont promis au Royaume (cf. évangile).


Psaume 145

Ce psaume est le premier d’une série (Ps 145-150) qui clôt le psautier et invite à louer le Seigneur. Les nombreux bienfaits qui lui sont attribués sont une profession de foi jaillie de l’expérience de croyants : les plus faibles ont intérêt à mettre leur foi en Dieu plutôt que dans les puissants de ce monde. Mais Dieu agit par l’esprit, le cœur, les mains, la volonté de ceux qui veulent suivre ses voies et devenir des justes. Rechercher la justice, se laisser ajuster au Seigneur : à travers tous les textes que nous lisons aujourd’hui, telle est la clef du bonheur, tel est le règne de Dieu.

• Matthieu 5,1-12a

Nous retrouvons ici l’évangile des « Béatitudes » entendu pour la Toussaint et l’on pourra se reporter au commentaire de cette solennité.

Le cadre dans lequel Matthieu inscrit ces paroles de Jésus en fait le prolongement ou mieux l’accomplissement de la Loi reçue par Moïse sur la montagne du Sinaï. Cette loi n’avait d’autre objectif que d’indiquer au peuple la route à suivre pour marcher avec son Dieu. Le projet du Seigneur est de nous libérer de tous les esclavages, de tout ce qui nous entrave pour avancer vers lui et vivre de sa vie. C’est le Royaume qu’il veut pour nous dès maintenant. Pour notre plus grande joie, pour que nous soyons heureux. Mais tant et tant de choses peuvent nous retenir loin de lui. Et plus nous sommes attachés à ce que nous possédons, à ce que nous faisons, à l’idée de nous hisser au-dessus du lot, à celle de réussir par nous-mêmes, plus il semble difficile de « mouiller à la grâce » pour reprendre l’expression de Péguy. « Parce qu'ils ne sont pas blessés, ils ne sont pas vulnérables. Parce qu'ils ne manquent de rien, on ne leur apporte rien. Parce qu'ils ne manquent de rien, on ne leur apporte pas ce qui est tout. La charité même de Dieu ne panse point celui qui n'a pas de plaies. »

Il ne s’agit donc pas d’exalter la misère ou de rechercher la persécution.  Mais d’accueillir nos failles comme de possibles chemins vers Dieu. Dans l’ensemble, les petites gens, les personnes dans le besoin, les faibles, les humbles se laissent plus facilement toucher par Dieu. Les pauvres de cœur savent qu’ils ont besoin des autres, d’un Autre d’où leur vienne le salut. Ils sont plus volontiers sensibles à tout ce qui concerne la justice et la vérité. C’est en eux que Jésus se reconnaît, à eux qu’il se mêle. Paul se plaît à souligner que c’est parmi eux que le Seigneur a trouvé à Corinthe les premiers chrétiens prompts à répondre à son appel. C’est avec eux et par eux que Dieu sauve l’humanité et la création tout entière.

 

On trouvera des pistes d'approfondissement pour l'Épître (1 Corinthiens 1,26-31) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales n° 3. Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre.

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org